« Vous avez chaud il faut quand même travailler » – Laurent Guardelli interviewé par L’Usine Nouvelle

  • L’épisode de canicule touche désormais 66 départements, placés en alerte orange par Météo France. Et il n’existe pas de limite de température au-delà de laquelle les salariés peuvent s’affranchir de leurs obligations professionnelles. Néanmoins, le code du travail les protège durant une vague de fortes chaleurs grâce à plusieurs dispositions.

    De nombreuses études scientifiques montrent qu’au-dessus de 33 degrés, le risque d’accident mortel s’élève sur le lieu de travail », révèle Laurent Guardelli, avocat spécialisé en droit du travail chez Coblence & Associés. Malgré une épaisseur qui fait débat, le code du travail reste vague sur la gestion des effets de la chaleur. Aucune limite précise de température n’est légalement définie. Mais les entreprises sont bien évidemment dans l’obligation de veiller à la santé et la sécurité de leurs employés (article L4121-1 du code du travail). La grande majorité des dispositions légales sont de natures préventives. Par exemple, dans les locaux fermés, l’air doit être renouvelé mais pas forcément climatisé. Pour ce qui est du travail en extérieur, les salariés peuvent demander un aménagement des horaires, afin d’éviter d’être exposé trop longtemps aux fortes chaleurs. Qui reste soumis à l’approbation de l’employeur. Certains secteurs sont toutefois mieux protégés que d’autres. C’est le cas du BTP, où les travailleurs sont les plus exposés aux risques causés par une canicule. Il ainsi est obligatoire de fournir au moins 3 litres d’eau à chaque travailleur et de prévoir une salle climatisée pour les pauses.

    …/…

    Auteur : Laurent Guardelli

    www.usinenouvelle.com/editorial/vous-avez-chaud-il-faut-quand-meme-travailler.N555773

Revenir à la liste des actualités